Publié le : 26 mars 2015
RENAULT ET LES VOITURES FAMILIALES A VIVRE
26 mars 2015

Cinquante ans d’histoire depuis la Renault 16

De la Renault 16 au concept R-Space, Renault crée depuis cinquante ans des voitures à vivre pour tous. Redécouvrons cet héritage à travers quelques modèles emblématiques.

 

1965 : Renault 16, la première familiale à vivre

L'histoire des familiales à vivre de Renault débute il y a cinquante ans dans la France des Trente Glorieuses. Au début de l'année 1965, le constructeur innove au Salon de Genève avec un tout nouveau produit : la Renault 16. Cette berline présente une silhouette d'un genre nouveau : deux volumes avec un hayon pour accéder au coffre. Par sa volonté de mêler aspects pratiques et ligne élégante à six glaces, la Renault 16 adapte aux familiales statutaires le principe qui fit le succès de la citadine Renault 4 : être une voiture à vivre. La ligne de la Renault 16 est l'oeuvre de Gaston Juchet. Ce dernier est designer industriel mais aussi ingénieur aérodynamicien. Il reçoit la confiance du P-DG Pierre Dreyfus pour mener la conception esthétique de la Renault 16. Arrivé en 1958 chez Renault, Gaston Juchet connaît d'abord le projet de renouvellement de la Frégate, appelé projet 114, et qui envisage la conception d'une grande berline tricorps à moteur 6 cylindres. Le projet est ambitieux, mais pour Pierre Dreyfus il manque de différence par rapport à la concurrence : « Nous devons nous y prendre autrement, une voiture ne doit plus être quatre sièges et une malle, elle doit être un volume ».

 

Une volonté de Renault d’innover

Le cahier des charges est donc entièrement revu et devient le projet 115, aussi appelé « Renault 1500 ». Il est mené de concert par Yves Georges pour l’ingénierie et Gaston Juchet pour le style. En quatre ans, leurs équipes vont concevoir une architecture inédite, accueillant sous un design fonctionnel de nombreuses innovations techniques et pratiques. En marge du projet, un coupé est étudié mais sera abandonné faute de rentabilité. A l'extérieur, la R16 arbore une silhouette bicorps à hayon, un profil à six glaces, une ceinture de caisse basse, un pavillon haut sans gouttières, avec des lignes tendues et anguleuses. Malgré un anticonformisme assumé, Pierre Dreyfus valide la Renault 16 et assure qu’ « elle sera la voiture des familles attirées par les modernités de la société de consommation ».

 

Une approche à la croisée des univers

Au croisement des catégories entre berline et commerciale, la Renault 16 offre une polyvalence d’utilisation inédite pour l’époque. Son coffre propose quatre configurations de rangement, pour un volume allant de 346 dm3 à 1200 dm3, grâce à une banquette arrière coulissante, rabattable et amovible. L’ensemble des sièges s’adapte à tous les usages : installation d’un siège bébé, position repos, et même une position couchette afin d’avoir deux couchages intégraux. Ainsi la Renault 16 fut dès l’origine pensée comme une voiture à vivre, fondamentalement différente et se distinguant de la concurrence.

 

Voiture de l’année 1966

Lors de sa présentation au Salon de Genève 1965, elle surprend par son style décalé et convainc rapidement le public en répondant simplement à ses attentes automobiles. Ce pari industriel est salué par le prix de la Voiture de l’Année 1966, remporté devant laRolls-Royce Silver Shadow : une belle performance !

 

Une super-production pour Renault qui marque le début d’une nouvelle ère

Tout au long de sa carrière, la Renault 16 aura été produite à 1 851 502 exemplaires principalement dans l’usine de Sandouville, spécialement bâtie pour elle, en Normandie. La Renault 16 participa à la croissance internationale de Renault. En effet, près de la moitié de ses ventes ont été réalisées à l’export, par exemple aux Etats-Unis avec une version spécifique adaptée à ce marché. Voiture pionnière dans l’histoire de Renault, la R16 est la synthèse entre deux écoles de pensée qui se sépareront progressivement dans les années 1980 : l’approche classique d’un haut de gamme statutaire et la philosophie des voitures à vivre, incarnée par Renault, qui prône l’innovation conceptuelle pour accompagner les tendances de société.

 

1976 : Renault 20, trait d’union entre le haut de la gamme et les familiales à vivre

Pour succéder à la Renault 16, le constructeur renouvelle sa confiance à Gaston Juchet, qui depuis 1965 dirige le centre de style Renault. Celui-ci est en pleine modernisation et fera de la Renault 20 son premier véhicule conçu par ordinateur, en CAO. Elle reprend la carrosserie de la Renault 30, lancée un an plus tôt, avec des motorisations et un équipement qui la rendent beaucoup plus accessible. La R20 est assemblée aux côtés de la R30 et de la R16 à Sandouville de 1976 à 1984, où elle s’écoule à plus de 600 000 exemplaires. Plus longue que la Renault 16, elle en conserve le hayon ainsi que le moteur 1647 cm3 de la version TX, d’une puissance de 96 chevaux. La gamme s’est étoffée en 1977 par l’arrivée d’un 1995 cm3 de 110 chevaux essence, puis d’un 2068 cm3 Diesel de 85 chevaux avec turbo en 1979. A la fin de sa carrière, la Renault 20 laisse place à la Renault 25, qui accentuera davantage son rôle de berline haut de gamme, tout en conservant le hayon initié par la Renault 16. La philosophie de « familiale à vivre » sera incarnée plus tard par la Renault 21 Nevada ainsi qu’un tout nouveau concept automobile, l’Espace.

 

1984 : Renault Espace, un nouveau concept à vivre pour les familles

En 1984 arrive l’Espace. Plus qu’une nouvelle voiture, il s’agit d’un nouveau concept automobile, réalisé en collaboration avec Matra : le monospace. Inaugurant un nouveau segment du marché automobile en Europe, l’Espace fait son nid dès sa première génération, commercialisée à près de 200 000 exemplaires jusqu’en 1991. La position de conduite en hauteur offre une visibilité et un confort de conduite inégalé. Le tour de force de l’Espace est de pouvoir accueillir à son bord sept personnes et d’atteindre les 180 km/h sur circuit, grâce à une ligne aérodynamique inédite. Le volume à bord surpasse celui des berlines ordinaires, notamment grâce à sa silhouette monocorps, au plancher plat et à sa modularité. Chaque passager a son propre siège rabattable, amovible, et pivotant. À l’arrêt, il est possible de créer un salon pour 4 personnes organisé autour d’une tablette. Avec l’Espace, Renault inaugure son célèbre slogan des années 1980 : « les voitures à vivre ».

 

1991 : Renault Scénic Concept: une nouvelle dimension du monospace

Dévoilé au Salon de Francfort de l’année 1991, le concept-car Scénic est l’acronyme de Safety Concept Embodied in a New Innovative Car, soit Concept de Sécurité Intrinsèque dans une Nouvelle Voiture Innovante. Conçu dans l’idée d’être un cocon familial, le concept-car Scénic est à la fois habitable, modulaire et spacieux, dans un format nouveau de monospace compact. L’accès à bord se fait par des portes coulissantes et ouvre sur un espace faisant appel à des matériaux recyclés. De nombreux équipements de sécurité sont proposés, tels que des ceintures adaptées aux enfants, l’ABS couplé à la transmission automatique, ou un dispositif de détection de la somnolence ouvrent une nouvelle dimension à la sécurité active. Le concept-car Scénic donnera naissance en 1996 à la Mégane Scénic, premier monospace compact de l’histoire.

 

1992 : Renault Twingo, une voiture à vivre pour les villes

Renault crée la surprise en exposant au public du Mondial de l’Automobile de Paris en 1992 une citadine à la silhouette monocorps et au regard de grenouille : la Twingo. Elle inspire la bonne humeur, jusque dans son nom, qui mêle Twist, Swing et Tango. D’un volume record, son habitacle est long d’1,78 mètre. La Twingo tire parti de la présence d’une banquette arrière coulissante, une innovation issue d’un brevet historique déposé par Louis Renault lui-même, et héritée de la Renault 16. Ludique et pratique, la Twingo propose une palette de couleurs vives, ce qui lui permet de coller à la personnalité de sa clientèle, jusque dans son intérieur. Clin d’oeil à son aînée la Renault 16, le projet préalable à la Twingo est le dernier qu’a supervisé Gaston Juchet. Sa polyvalence, sa modularité et son esprit créatif ont fait de la Twingo un produit emblématique et sans égal. À nous d’inventer la vie qui va avec !

 

1996 : Renault Scénic, le premier monospace compact à vivre

Le Renault Scénic est le premier monospace compact de l’histoire automobile. Il intègre la gamme des monospaces Renault en 1996, à mi-chemin entre Twingo et Espace. Immédiatement adopté par les familles, celui qu’on appelle d’abord « Mégane Scénic » connaît un tel succès commercial qu’on ne tarde pas à le nommer simplement « Scénic ». Ses dimensions sont compactes avec une longueur de 4,17 mètres, et sa silhouette monocorps et ovoïde reprend les lignes du concept-car annonciateur de 1991. A bord, le Scénic propose trois sièges indépendants, amovibles et rabattables pour les passagers arrière. L’habitacle offre de nombreux rangements : deux boîtes à gants, de multiples vide-poches, et inaugure les trappes dans le plancher. Pour rendre le voyage agréable, des tablettes sont installés au dos des sièges avant pour les passagers arrière. L’accès au vaste coffre de 410 dm3 se fait à la fois par un hayon et par la lunette amovible. Consacré par le titre de Voiture Européenne de l’Année 1997, le Scénic est restylé en 1999 et s’émancipe du reste de la gamme Mégane.

 

2011 : Renault R-Space 2011, le futur des voitures à vivre

Vision actuelle de la voiture à vivre, R-Space est un concept-car de monospace sensuel capable de réunir des éléments longtemps considérés comme opposés : famille et sportivité, fonctionnalité et sensualité. Reflet des évolutions de la société, R-Space a pour objectif d’être à l’image d’une famille moderne, à la fois sportif et chaleureux, musclé et accueillant, innovant et écologique. Les lignes sont tendues et les vitres effilées, mais l’espace intérieur est vaste et accueillant : les sièges des passagers avant sont comme enlacés, tandis que la partie arrière est aménagée comme une aire ludique et modulable avec 27 cubes de couleurs pour les enfants. Le moteur Energy Tce est un trois cylindres efficient de 900 cm3 pour 110 ch, couplé à une boîte à double embrayage EDC, n’émettant que 95 g de CO2/km. Sa technologie guide les nouvelles motorisations de Renault autant que le design de R-Space réinterprète l’intelligence du concept des voitures à vivre.

 

2015: Renault et les voitures familiales à vivre, une histoire pleine d’avenir

En cinquante ans, Renault a marqué l’histoire de l’automobile et a imposé sa vision d’une automobile devant s’adapter aux usages de ses occupants. La Renault 16 a repensé les canons de la berline familiale, et la Renault 20 a poursuivi dans cette voie. L’Espace a créé à lui seul le segment des monospaces, le Scénic a inauguré celui des monospaces compacts, et la Twingo a révolutionné l’usage de la citadine. Avec R-Space, Renault prépare l’avenir et imagine une mobilité à la fois ludique et dynamique. Ayant suivi les évolutions de la société, le constructeur possède une longue expertise dans la conception d’automobiles pour les familles. Convaincu que cette philosophie n’est pas prête de disparaître, Renault persiste et signe dans la voie des voitures à vivre.

Galerie photo