Publié le : 11 avril 2014
NOUVELLE TWINGO : TOUT L’ADN DE RENAULT
11 avril 2014

 

Rencontre avec Csaba Wittinger lors du Salon de Genève. Le designer de Nouvelle Twingo, nous parle des inspirations qui ont guidé son crayon et évoque la manière avec laquelle la citadine de Renault puise dans le riche héritage émotionnel et sportif de la marque. 

 

Quelles étaient vos inspirations pour Nouvelle Twingo ?

Laurens van den Acker nous a demandé de réaliser une voiture iconique capable de succéder à Twingo et d’en péréniser l’esprit originel. Au lieu de nous intéresser uniquement à Twingo, nous sommes allés plus loin et j’ai été inspiré par la Renault 5 et surtout la R5 Turbo.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la R5 Turbo et l’inspiration qu’elle vous a apportée ?

Je pense que Renault est depuis longtemps l’un des principaux acteurs du segment des citadines. Pas seulement avec la R5 ou Twingo, cela a commencé bien avant. En ne parlant que du moteur arrière, je pourrais évoquer la 4CV ou les R8 et R10 qui ont été les dernières voitures à moteur-arrière produites en grande série. Toutes ces voitures ont été très importantes et je dirais même « iconiques » dans l’histoire de Renault.

À travers quels éléments Nouvelle Twingo possède-t-elle l’ADN de Renault ?

Renault est une marque qui n’a jamais eu peur d’essayer de nouvelles choses. L’entreprise a montré à plusieurs reprises qu’elle était capable de faire ce que personne n’osait imaginer. Prenez la R5 par exemple : c’est une voiture classique avec un moteur à l’avant. Mais pour la course, Renault a décidé de créer une version à moteur arrière, qui est devenu un supercar ultime (Clio V6 s'est également inscrite dans cette lignée des supercars Renault). Renault a été l’un des premiers constructeurs automobile à créer des super cars en partant de sa gamme.

Vous avez aussi dessiné Twin Run, révélé il y a un an. Le lien avec R5 saute aux yeux sur ce concept car. Quels éléments de R5 avez-vous pris pour la nouvelle Twingo ?

Le plus évident est le thème utilisé sur le côté de la carrosserie, pour rappeler les larges ailes arrière de la R5 Turbo, et bien sûr le hayon. Son angle est très proche de celui de la R5. Nous avons également intégré les feux arrière de façon à rappeler l’expression des extracteurs qui étaient sur la voiture de rallye.

Quel est votre premier souvenir de la R5 Turbo ?

Le tout premier est probablement celui d’une petite voiture que mon frère avait. En Hongrie, d’où je viens, c’était une voiture de course très connue. J’étais enfant à l’époque. Cette voiture de rallye était tellement forte, extrême et belle en même temps, qu’elle m’a beaucoup inspiré, et m’inspire aujourd’hui encore. J’adorais regarder Jean Ragnotti la conduire. J’ai été très fier, l’année dernière, qu’il conduise Twin’Run [NDRL : dessinée par Csaba] et qu’il l’apprécie ! En tant que pilote de rallye, il a tout de suite fait le rapprochement avec son ancienne R5 Turbo. C’est pour moi un honneur, et cela me rendrait vraiment fier si cette Twingo restait dans l’histoire comme étant une héritière de la R5 Turbo.

Quel était le lien entre R5 et Twingo ?

La R5 était très accessible, c’était une voiture compacte très connue et produite en masse. Cette voiture a marqué une étape importante dans l’histoire de Renault et des citadines en général : un nouveau type de voiture avec une expression sympathique et une forte personnalité. Twingo I en a été la première héritière. La nouvelle Twingo puise naturellement dans ce riche héritage et ne fait que continuer l’histoire.

Que diriez-vous au public à propos d’une éventuelle ressemblance avec la Fiat 500 ?

Elle vient de la silhouette qui a été déterminée par le choix de la plateforme et l’architecture à moteur arrière. En dehors de ça, il est impossible de leur trouver quoi que ce soit de similaire. Nous avons un court porte-à-faux et un large empattement entre les essieux qui nous a permis d’avoir de vraies portes arrière. J’ai eu la chance de pouvoir jouer sur l’angle du hayon, élément iconique venant de la R5. Pour autant, notre Twingo ne donne pas dans le registre néo-rétro et se projette dans la modernité.

En tant que designer, l’architecture à moteur arrière était-elle un challenge ou une opportunité ?

C’était une superbe opportunité pour nous de pouvoir dessiner quelque chose d’innovant. C’est toujours très motivant pour un designer d’explorer de nouvelles pistes. Nous avons pu mettre les roues aux quatre coins et raccourcir les porte-à-faux. Grâce à cela nous avons obtenu un diamètre de braquage spectaculaire de 8,65 m, ce qui est très utile au quotidien pour une citadine.

Y’a-t-il eu beaucoup de changements depuis votre premier dessin ?

La voiture finale est très proche de l’idée originale et j’en suis très fier.

Pourquoi votre projet a-t-il remporté la compétition interne pour dessiner nouvelle Twingo ?

Laurens van den Acker, Directeur du Design Industriel, a été le premier à croire en mon idée de garder certaines inspirations de la R5 Turbo. Je pense que j’ai eu de la chance, ça lui a beaucoup plu et il m’a fait confiance dès le début. Cette nouvelle Twingo n’est ni une Twingo I ni une R5 Turbo revival, bien qu’elle ait été inspirée par les deux. C’est tout simplement une vraie Renault !

Galerie photo