L’entre-deux-guerres garde pour Renault toute sa spécificité historique, avec un large contraste entre les années 1920 et 1930. Au lendemain de la Grande guerre, Renault bouleverse son approche de l’automobile en passant à la voiture de série. Pour y parvenir, il développe les usines de Boulogne-Billancourt et installe de vastes ateliers de montage à la chaîne, au cœur de l’île Seguin, constituant ainsi la plus grande usine de France. Si Renault parvient à résister à la crise des 1930, le succès est de courte durée : dès 1936, l’entreprise n’est plus rentable, incapable de répondre à la demande naissante des petites voitures, perdue dans une politique de diversification mal structurée. Le réarmement de 1938 sauve Renault de l’échec d’une stratégie insuffisamment renouvelée.

  • Nervastella TG4 de carrosserie Binder

    Nervastella TG4 de…

    La gamme Nervastella, lancée en 1930, va vivre jusqu'au début des années 40, en bénéficiant d'évolutions…
  • Renault Type KZ5

    Renault Type KZ5

    Robuste 10 CV, la KZ va stoïquement traverser les années et les modes, emmenée par un moteur paisible mais…
  • Renault Reinastella

    Renault Reinastella

    Avec la Reinastella, Renault entre dans le club fermé des constructeurs de voitures huit cylindres : il n’en…
  • Primaquatre type KZ8

    Primaquatre type KZ8

    Lancé en 1922 le type KZ est celui qui figurera le plus longtemps au catalogue des fabrications : 17 ans, le record…
  • Renault Vivastella

    Renault Vivastella

    Au début des années trente, la terminaison « Stella » devient synonyme de finition haut de gamme. La Visvastella…
  • Nervasport des Records

    Nervasport des Records

    Une dizaine d'années après les records du monde établis par la Renault 40 CV en 1925, puis 1926 avec un modèle…