L’entre-deux-guerres garde pour Renault toute sa spécificité historique, avec un large contraste entre les années 1920 et 1930. Au lendemain de la Grande guerre, Renault bouleverse son approche de l’automobile en passant à la voiture de série. Pour y parvenir, il développe les usines de Boulogne-Billancourt et installe de vastes ateliers de montage à la chaîne, au cœur de l’île Seguin, constituant ainsi la plus grande usine de France. Si Renault parvient à résister à la crise des 1930, le succès est de courte durée : dès 1936, l’entreprise n’est plus rentable, incapable de répondre à la demande naissante des petites voitures, perdue dans une politique de diversification mal structurée. Le réarmement de 1938 sauve Renault de l’échec d’une stratégie insuffisamment renouvelée.

  • Renault Type II

    Renault Type II

    Au lendemain de la grande guerre, l’Europe se reconstruit. Elle fait naître de nouveaux besoins automobiles, qui…
  • Renault Type JM

    Renault Type JM

    Valeur sûre de la gamme Renault, la 12 CV a évolué au fil des ans pour atteindre une belle homogénéité. La…
  • Renault 40 CV type JV

    Renault 40 CV type JV

    Chez Renault, les modèles de prestige font partie de la tradition. La 40 CV en est un éclatant témoignage.
  • Renault JY torpédo skiff

    Renault JY torpédo skiff

    Le châssis 18 CV des années vingt pouvait recevoir de belles carrosseries. Avec deux places pour près de 5 m de…
  • Renault 40 CV Type MC

    Renault 40 CV Type MC

    Avec le Type MC, la 40 CV trouve son accomplissement. Renault tient une position solide dans le monde des…
  • Renault six-roues Type MH

    Renault six-roues Type MH

    Renault lance ce 6 roues au début des années vingt, pour traverser le Sahara et faciliter ainsi la communication…