L’EXTRAORDINAIRE RETOUR DE LA RENAULT-RIFFARD TANK

RENAULT-RIFFARD TANK

05 DÉCEMBRE 2019

L’EXTRAORDINAIRE RETOUR DE LA RENAULT-RIFFARD TANK

Festival of Speed de Goodwood, juillet 2019 : les passionnés applaudissent au passage du tank Renault-Riffard, piloté par Michel Leclère. Rares sont ceux qui connaissent ce modèle, et encore plus rares sont ceux qui savent que le collectionneur Philippe Rucheton l’avait sauvée in extremis du ferraillage 50 ans auparavant, et qu’il était encore récemment relégué aux réserves de l’ancien musée de Briard.

 

Après un passé mouvementé, la voiture ouvre un nouveau chapitre de son histoire début 2018, lorsque Renault Classic la récupère lors de la vente aux enchères organisée par Artcurial au salon Rétromobile. A l’époque, elle est loin d’être en état de reprendre la route : le bloc-moteur est fissuré, le radiateur présente une fuite et la carrosserie, très endommagée, est affublée d’ailes arrière de 2CV, masquant les passages de roues avant !

05 DÉCEMBRE 2019

L’EXTRAORDINAIRE RETOUR DE LA RENAULT-RIFFARD TANK

C’est à François Chiron, de l’équipe Renault Classic, qu’il incombe de rendre à cette étonnante machine ses lettres de noblesse. Il passe six mois entiers à la restaurer pour une première course à Goodwood, puis pour apparaître au Mornay Festival (à l’occasion duquel, il sera le pilote) ainsi qu’au salon Epoqu’Auto en novembre 2019. Durant les trois jours du salon, les visiteurs ont pu témoigner de leur étonnement devant le retour en beauté de cette voiture qu’ils pensaient ‘éteinte’, ou dont ils ignoraient l’histoire.

 

C’est que cette histoire est riche en rebondissements. La voiture est née Guépard dans les années 50. Elle est dotée d’un châssis tubulaire, d’un moteur de 4CV préparé (moteur 1063, AAC Ferry n°6 , carburateur double corps Weber de 32 et équipage mobile allégé et équilibré) accouplé à une boîte Claude (5 rapports dans un carter de boite de 4CV). Son essieu arrière provient de la Renault Juvaquatre et son train avant dit « file de fer » provient de la 4CV première génération, avec une crémaillère de direction de 1063 recouvert d’une carrosserie aux lignes élégantes, dans un style en vogue à l’époque.

RENAULT-RIFFARD TANK zoom
RENAULT-RIFFARD TANK zoom volant

05 DÉCEMBRE 2019

L’EXTRAORDINAIRE RETOUR DE LA RENAULT-RIFFARD TANK

Au Bol d’Or de 1954, Paul Bobet prend le volant de la Guépard, mais un accident le pousse à demander de l’aide à l’ingénieur de renom Marcel Riffard pour remodeler la carrosserie, dans l’optique de battre le record mondial de vitesse en 750cc.

 

Né en Argentine, c’est en France que Riffard établit sa réputation de pionnier de la technologie aéronautique, perfectionnant ses talents et son savoir-faire pour les appliquer plus tard à la construction automobile. Riffard travaille au sein du constructeur aéronautique Caudron lorsque Renault rachète la société, s’emparant du mathématicien-aérodynamicien dans son élan. Sous l’égide de Riffard, les prototypes Caudron-Renault se succèdent à toute allure, et bientôt il applique ses talents aux voitures de la marque pour concevoir une Nervasport spécialement carrossée. La création attaque bientôt la piste de Montlhéry, pour y battre trois records du monde toutes catégories et neuf records internationaux en catégorie 3 à 5 litres.

05 DÉCEMBRE 2019

L’EXTRAORDINAIRE RETOUR DE LA RENAULT-RIFFARD TANK

L’influence de Riffard se fait aussi vite sentir sur les automobiles de série, qui voient leur lignes s’adoucir et se fluidifier. C’est en 1956 que Riffard engage le carrossier Heuliez de Cerizay pour construire le corps ailé en aluminium, directement inspiré de l’aéronautique, que l’on connaît à la tank d’aujourd’hui. À cette carrosserie, ses éléments roulants et son moteur de Renault 4CV, viennent s’ajouter une boîte à cinq vitesses type “Claude”, ainsi qu’un essieu arrière Renault Juvaquatre. La tank Renault-Riffard était née.

 

Dans cette nouvelle configuration, la Renault-Riffard concourt à plusieurs reprises à l’Autodrome de Linas-Montlhéry en 1956, avant de terminer sa carrière à l’école de conduite Agaci à la suite d’un nouvel accident. Hors d’usage et bonne pour la ferraille en 1968, elle est sauvée par Philippe Rucheton qui, faute de pouvoir tenir dans l'étroit cockpit de l’auto, la revend à Mr Leymet. Celui-ci la cède quelques années plus tard au musée de Briard avant que Renault Classic l’acquière et la restaure entièrement.

RENAULT-RIFFARD TANK face avant

Mais aussi...

Actualités Renault Classic

Les actualités Renault Classic

Retour au blog
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que Renault s.a.s et ses partenaires utilisent des cookies pour analyser le fonctionnement et l’efficacité du site, pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et des interactions par le biais des réseaux sociaux.
En savoir plus